La  demande de ce mobilier est effectuée pour répondre à un désir d’esthétique originale et à une volonté de personnalisation et d’appropriation d’un espace actuellement délaissé d’un logement à Rio de Janeiro , aillant pourtant une position privilégiée en terrasse.

La réunion d’un groupe d’individus autour d’une table pour le partage d’un repas n’est pas exactement le modèle familial ou social typique au Brésil et dans se foyer. Les réunions familiales ne sont pas circonscrites au périmètre délimité par la table et s’ouvrent même à d’autres espaces comme celui du séjour intérieur.

La terrasse est un espace ample, d’un peu moins de 20 m2. Son accès s’effectue par une porte légèrement décalée de l’axe centrale de la terrasse. Le mobilier pourra donc occuper une place importante d’environ la moitié de la surface totale.

Au regard des cette rapide analyse, et avec une demande initiale pour une table ronde, la table et les chaises sont pensées distinctement et ne constituent pas un « ensemble » en soit. Ce mobilier sera fabriqué en bois avec une incrustation d’un bois beaucoup plus sombre. Etant de formes et géométrie distinctes la table et les chaises se rapprocheront par des variations d’utilisation de ces mêmes matériaux.

La table est donc pensée aussi comme un grand plateau décoratif, mettant en valeur le caractère varié des plats et mets que l’on pourrait poser dessus. (Par opposition à la formation d’une table très traditionnelle aux codes d’agencement normés et mesurés). Sa forme générale est celle de la « superéllipse » appelé aussi « Lamé curve », du nom du mathématicien Gabriel Lamé qui à définit un système de coordonnées cartésiennes qui permettent ce dessin. Ceci sera repris par le designer et poète Danois Piet Hein en 1959 pour son célèbre dessin de table. (Cf : http://en.wikipedia.org/wiki/Superellipse ). Celle-ci nous permet une occupation de l’espace de la terrasse optimale que le rond ne permet pas, et une convivialité différente de celle obtenue par un rectangle.

Nous-nous situerons entre l’univers du jardin et de la salle à manger pour concevoir les chaises. Elles doivent avoir la robustesse du mobilier de jardin et un « standing » de chaise de salle à mangé. Elle possèderons donc des accoudoirs et une assise profonde, pour un grand confort. Pour une plus grande solidité et une résistance aux éléments, l’assise sera dans une essence de bois naturellement résistante à l’eau. Cette assise comporte une pliure, environ à ses 2/3, caractéristique des bancs rustique et du design brésilien dit « caïpi ». Une faille au creux de l’assise permettra l’écoulement de l’eau.